Atteinte à la liberté de la presse : la presse étrangère dénonce les convocations des journalistes sur auto saisine du procureur de la république

  • Source: : Ivoirematin-News | Le 01 avril, 2020 à 19:04:38 | Lu 918 fois | 0 Commentaires
PARTAGES | J'AIMES |
content_image

Les membres de l'Association de la presse étrangère en Côte d'Ivoire

Dans un communiqué dont Ivoirematin.com a reçu copie, l’Association de la presse étrangère en Côte d’Ivoire (Apeci) dénonce les convocations et condamnations des journalistes sur auto saisine du procureur de la république auprès du tribunal de première instance d'Abidjan.

 

Ci-dessous le Communiqué de l’Ape ci sur la condamnation des journalistes de Soir Info et du quotidien le Nouveau Réveil

Le Tribunal de première instance d'Abidjan-plateau a condamné aux termes d’un procès expéditif qui a duré moins d’une trentaine de minutes, le mardi 31 mars 2020, les confrères, Vamara Coulibaly, directeur de publication de Soir info et Paul Koffi, directeur de publication de le Nouveau Réveil à payer une amende de 2,5 millions FCFA, chacun, pour des faits " de divulgation de fausses nouvelles".

Dans leur parution du samedi 29 mars 2020, les quotidiens Soir Info et le Nouveau Réveil ont publié un communiqué du collectif des avocats de M. Alain Lobognon, Député de Fresco, arrêté le 23 décembre 2019 à Abidjan et détenu à la prison d'Agboville, relatant les " difficiles conditions" de détention de leur client.

Le 25 mars Cissé Sindou, le directeur de publication du quotidien Générations Nouvelles, Yacouba Gbané directeur de publication du quotidien le temps et l’un de ses journalistes ont été également condamnés à payer 5 millions de FCFA chacun.

L’Association de la Presse Etrangère en Côte d’Ivoire (Apeci) dénonce cette série de convocation des journalistes sur auto saisine du procureur de la république auprès du tribunal de première instance d'Abidjan. Alors que le monde entier est ébranlé par une crise sanitaire liée à la maladie à coronavirus

(Covid-19) et que la presse est en première ligne de la sensibilisation pour éradiquer cette pandémie. La presse doit-elle être sanctionnée pour avoir diffusé un communiqué de presse d’un collectif d’avocat mandaté et reconnu, parce que jugé fausse par la justice ?

A l'avenir, la presse est-elle libre de diffuser les communiqués de presse comme sources fiables d'informations ou pas ? L’Apeci s’interroge et s’inquiète. L'Apeci invite les autorités ivoiriennes à faire cesser toutes sortes de harcèlement moral aux journalistes professionnels et aux professionnels de la communication en activité en Côte d’ Ivoire.

L'Apeci se félicitant des avancées notables de la liberté de presse en Côte d'Ivoire, même si d’énormes efforts restent à faire, constate, ces derniers mois, une régression vertigineuse.

L’Apeci reste inquiète et préoccupée par la situation des conditions d’exercice du métier de journaliste en Côte d’Ivoire, à quelque 6 mois des élections présidentielles. Il n'y a pas de société démocratique sans une presse libre, indépendante et pluraliste.

 

 La Présidente M’ma Camara


Auteur: Pierre Ephèse - Ivoirematin-News


Commentaire (0)


Commentez cet article

  Auteur

  Commentaire :

  


Service Commercial

Abidjan: +225 02 03 25 65    |    Usa, Canada, Europe : | +225 02 03 25 65   Email : [email protected]

Rédaction

Email : [email protected]