Un journaliste dit sa part de vérité sur l’affaire de prime impayée des Eléphants en 2015 et accuse

  • Source: : Ivoirematin-News | Le 30 novembre, 2020 à 11:11:26 | Lu 1109 fois | 0 Commentaires
PARTAGES | J'AIMES |
content_image

Les Eléphants de Côte d'Ivoire vainqueurs de la CAN 2015

Les primes impayées des Eléphants de Côte d’Ivoire à l’issue de la Coupe d’Afrique des nations (CAN) 2015 disputée en Guinée Equatoriale restent un mystère tout entier. A l’heure des hommages à Augustin Sidy Diallo, ex président de la Fédération ivoirienne de football (Fif), décédé le 21 novembre 2020, cette affaire a resurgi dans un groupe de discussion whatsapp.

Saisissant l’occasion, un journaliste chevronné qui a requis l’anonymat, a bien voulu dire sa part de vérité. Dans ses révélations, il blanchit Augustin Sidy Diallo tout en établissant la pleine responsabilité de l'ancien ministre des Sports Alain Lobognon.

« L’affaire des primes est plutôt simple, de mon point de vue ! Elle établit la responsabilité administrative et politique du ministre Alain Lobognon. Le ministère gérait le budget en liaison avec le Trésor public et les comptables publics, désignés à cet effet. Il voulait mettre de l’ordre, et il s’est trouvé que c’est cette volonté de mettre de l’ordre, d’éviter que ce soit la Fif qui reçoit le budget et le « dispatche » qui a fini par poser problème.

Sur la base de la règle de gestion du budget arrêtée par le ministère, il est évident et indiscutable que la Fif n’avait rien à voir avec les décaissements, et la gestion du budget. La Fif a reçu les frais et les montants qui lui étaient affectés suivant le même circuit. La responsabilité du Trésor en qualité d’administration est de n’avoir peut-être été plus vigilante dans le détail.

Ainsi les comptables publics ont pu effectuer d’autres dépenses sans lien avec les joueurs, ni le football, des dépenses qui n’étaient pas prévues dans le budget, dans l’attente d’une régulation ou d’une rallonge qui n’est pas venue à temps, mais qui est venue quand même après les plaintes des joueurs.

Que la dépense ait été détournée à titre personnel ou pas, ce qui a été reproché au ministre est d’avoir ordonné des dépenses qui n’étaient pas prévues dans le budget Éléphant Can 2015.

En cours d’exécution du budget qui avait prévu la finale, Alain et son cabinet ont été soupçonnés d’avoir pensé que les Éléphants seraient éliminés après le premier tour et les deux premiers matches qui ne les avaient pas qualifiés.

À partir de ce calcul, des dépenses n’ayant rien à voir avec le budget Can 2015 des Éléphants, ont été ordonnées et effectués. On était alors à dix jours avant la finale. Et des solutions pouvaient toujours être trouvées. Mais il n’en fit rien jusqu’à ce jour où les joueurs expriment l’attente de leurs primes, et que la Fif fasse état de paiements non reçus. Le comptable dit avoir agi sous les instructions du ministre.

Le PR (Président de la République, ndlr) et le gouvernement ont dit que le ministre a deconné, qu’il devait simplement s’assurer en détail que le comptable a bien travaillé, et vérifier sous quel chapitre il avait exécuté d’autres instructions et dépenses en faveur d’une fédération et autres. Le cas échéant, il devait les prévenir pour obtenir une rallonge, et une régularisation.

Alain Lobognon avait déjà eu le même problème au niveau des Afro baskets, avec un dépassement global de près de 2 milliards Fcfa, que Kaba Nialé n’avait jamais voulu payer. C'est aussi le même problème au niveau des travaux de l’université. Cela peut arriver, mais il faut savoir négocier et encadrer cela, et non dire fait après on va voir....

En conclusion, Yapi (le régisseur, ndlr) a réussi à sortir l’argent du Trésor sous prétexte de payer les joueurs, mais l’argent a été détourné en route, et a servi à régler d’autres diligences pour le compte du ministère, et selon Yapi suite aux instructions du ministre.  En comptabilité publique, et même en comptabilité simple, il s’agit d’un détournement.  Dans le cas précis, ces montants n’étaient pas forcément un enrichissement personnel, ni un détournement à titre personnel. Au total, en plus des primes des joueurs, il y’a avait des chapitres de dépenses de la Fif qui n’avaient pas été payés, et c’est près de 700 millions Fcfa que l’État avait réglés », a-t-il longuement confié.  


Auteur: Pierre Ephèse - Ivoirematin-News


Commentaire (0)


Commentez cet article

  Auteur

  Commentaire :

  


Service Commercial

Abidjan: +225 02 03 25 65    |    Usa, Canada, Europe : | +225 02 03 25 65   Email : [email protected]

Rédaction

Email : [email protected]