Jeudi 30 Mai, 2024 - 4:21 AM / Abidjan +33
Jeudi 30 Mai, 2024 - 4:21 AM / Abidjan +33
Afrique

Au Gabon, le président déchu Ali Bongo "libre de se rendre à l'étranger"

Partages sur Facebook Partages sur Twitter + Partages sur WhatsApp
Single Post
bongo

Le président déchu du GabonAli Bongo Ondimba, peut quitter le pays. Le général Brice Oligui Nguema qui l'a renversé il y a une semaine a annoncé, mercredi 6 septembre, que l'ancien chef d'État est "libre de ses mouvements" et "peut se rendre" à l'étranger pour raisons médicales.

Ali Bongo, 64 ans, au pouvoir depuis 14 ans, était en résidence surveillée depuis le coup d'État militaire du 30 août, mené sans effusion de sang moins d'une heure après que son camp eut proclamé sa réélection dans un scrutin qualifié de frauduleux par les putschistes.

Le pouvoir du général Oligui, proclamé président de transition, accuse aussi l'entourage familial, notamment son épouse et l'un de ses fils tous deux en détention, ainsi que des membres de son cabinet, d'avoir détourné "massivement des deniers publics" et dirigé le pays de "manière irresponsable et imprévisible" en manipulant un Ali Bongo affaibli par un grave AVC en 2018.

Contrôles médicaux

"Compte tenu de son état de santé, l'ancien président de la République Ali Bongo Ondimba est libre de ses mouvements. Il peut, s'il le souhaite, se rendre à l'étranger afin d'y effectuer ses contrôles médicaux", ont annoncé, à la télévision publique, les militaires dans un communiqué du général Oligui, qui avait mené le putsch. 

Ali Bongo a été montré quelques minutes plus tard par la télévision publique recevant à son domicile Abdou Abarry, représentant spécial en Afrique centrale du secrétaire général de l'ONU. On le voit souriant et se déplaçant toujours difficilement depuis son AVC, mais sans sa canne habituelle.

Le 30 août, en plein couvre-feu décrété le jour du scrutin, au milieu de la nuit et après que son gouvernement eut coupé internet dans tout le pays, Ali Bongo a été proclamé réélu à la présidentiel du 26 août avec près de 65 % des voix. Moins d'une heure plus tard, des militaires annonçaient à la télévision d'État avoir "mis fin" à son régime.  Un coup d'État mené sans effusion de sang, les putschistes accusant le camp Bongo d'avoir grossièrement truqué le scrutin et falsifié ses résultats. 

Le coup de force a été mené par le général Oligui, qui a rassemblé derrière lui tous les corps de l'armée et de la police, et suscité le ralliement de la quasi-totalité des partis de l'ancienne opposition et d'une partie de l'ex-majorité, ainsi qu'un élan massif d'une population le remerciant de l'avoir "libérée" de 55 ans de "dynastie Bongo" au pouvoir. 

Ce parachutiste de 48 ans, pourtant chef de la puissante et redoutée Garde présidentielle (GR), la garde prétorienne chargé de protéger le cœur du pouvoir, a prêté serment lundi en tant que président d'une transition dont il n'a pas fixé la durée.

Partages sur Facebook Partages sur Twitter + Partages sur WhatsApp

0 Commentaires

Participer à la Discussion

  • Nous vous prions d'etre courtois.
  • N'envoyez pas de message ayant un ton agressif ou insultant.
  • N'envoyez pas de message inutile.
  • Pas de messages répétitifs, ou de hors sujéts.
  • Attaques personnelles. Vous pouvez critiquer une idée, mais pas d'attaques personnelles SVP. Ceci inclut tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée, sexuel ou en violation avec la loi. Ces messages seront supprimés.
  • Pas de publicité. Ce forum n'est pas un espace publicitaire gratuit.
  • Pas de majuscules. Tout message inscrit entièrement en majuscule sera supprimé.

Commentez cet article

Auteur Commentaire : Poster votre commentaire
Banner 01

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email

Identifiez-vous

Don't have an account? Registration
OR