Lundi 22 Juillet, 2024 - 8:05 PM / Abidjan +33
Lundi 22 Juillet, 2024 - 8:05 PM / Abidjan +33
News

La chute de la demande mondiale de noix de cajou pousse l'industrie ivoirienne au bord de l'effondrement

Partages sur Facebook Partages sur Twitter + Partages sur WhatsApp
Single Post
La chute de la demande mondiale de noix de cajou pousse l'industrie ivoirienne au bord de l'effondrement

Drissa Dembélé, agriculteur et acheteur de noix de cajou brutes, inspecte des noix non décortiquées qu'il a étalées à sécher sur une bâche dans une cour poussiéreuse, sans savoir quand il les vendrait.


Dembélé, un père de deux enfants, âgé de 36 ans, n'a vendu que cinq sacs de noix depuis le début de la saison en mars, contre environ 20 sacs au cours de la même période les années précédentes.


La demande mondiale de noix de cajou, consommées comme collations ou utilisées pour la cuisine et les desserts, a chuté depuis la fin de la pandémie de coronavirus, entraînée par de multiples facteurs, notamment l'inflation dégradant le pouvoir d’achat des consommateurs et l'augmentation de la production mondiale. 

Cela a entraîné une chute des prix, selon les agriculteurs, les acheteurs et les experts du secteur.


"Personne ne veut acheter de noix de cajou, même si je demande 150 francs CFA le kilogramme (0,24 $) au lieu du prix bord champ de 315 francs CFA. Personne ne veut payer, donc toute la récolte reste avec nous", a déclaré Dembélé, qui possède une plantation de 10 hectares.


Dembélé a perdu 20 millions de francs CFA (33 000 dollars) au cours de la saison 2022 après avoir acheté des noix qu'il ne pouvait pas revendre aux transformateurs. 


À Katiola et dans d'autres villes de Côte d'Ivoire telles que Bouaké, Korhogo, Odienné et Bondoukou, où 80 % de la production de noix de cajou du pays est produite, les agriculteurs et les acheteurs détiennent des stocks invendus des deux dernières saisons en raison d'un manque d'acheteurs industriels. 


"La noix de cajou pourrit entre nos mains", a déclaré Ibrahim Coulibaly, propriétaire d'une plantation de 7 hectares à Korhogo.


PREMIER PRODUCTEUR MONDIAL


La Côte d'Ivoire, premier producteur mondial de cacao, est également devenue le premier producteur mondial de noix de cajou. La production est passée de 400 000 tonnes en 2011 à 1 million de tonnes en 2022, et devrait être au même niveau en 2023.

 

La production a augmenté dans d'autres pays au cours de la même période, a déclaré Ganesh Rajaraman d'Olam Food Ingredients, une unité du géant agroalimentaire Olam Group OLAG.SI. Rajaraman a déclaré que les garanties prix minimum, ainsi que les prix élevés historiques de 2016 à 2018, ont stimulé l'adoption de la culture de la noix de cajou avec des superficies et une offre croissante dans les pays producteurs, créant un excédent de stock qui a fait baisser les prix.


Cela a frappé la chaîne de valeur de la noix de cajou en Côte d'Ivoire, la plongeant dans une crise sans précédent malgré les subventions gouvernementales et les exonérations de taxes à l'exportation pour que les transformateurs locaux restent compétitifs. À Bouaké, le cœur de l'industrie de transformation de la noix de cajou du pays, l’activité est pratiquement au point mort, les employeurs ayant du mal à payer les salaires. 

 

Les usines de transformation ont emprunté massivement pour répondre au plan du gouvernement visant à stimuler la transformation locale. Mais l'effondrement de la demande et la faiblesse des prix les ont poussés au bord de la faillite. 

« Cela fait deux mois que nous n’avons plus rien produit. Nos fournisseurs réclament leur argent, mais nous sommes dans le rouge », a déclaré le directeur d’une usine de transformation à Odienné qui a requis l’anonymat. 


Cette année encore, les transformateurs locaux de noix brutes n’ont pas pu être approvisionnés par le CCA (Conseil du Coton et de l’Anacarde) dans le cadre du plan d’approvisionnement des transformateurs locaux pour permettre à ces derniers de s’approvisionner face à la forte concurrence asiatique.

 

En effet, les transformateurs locaux n’ont commencé à recevoir du CCA les premiers stocks qu’à la fin du mois de mars. Par conséquent, les transformateurs locaux n’ont pu obtenir en noix brute que 20% de leur capacité annuelle installée, ne leur permettant pas de couvrir leurs charges fixes.

 

"D'ici juillet, nous allons très probablement fermer. Nous n'avons pas assez d'argent pour continuer", a déclaré un directeur d'une autre unité de transformation à Bondoukou.

Partages sur Facebook Partages sur Twitter + Partages sur WhatsApp

0 Commentaires

Participer à la Discussion

  • Nous vous prions d'etre courtois.
  • N'envoyez pas de message ayant un ton agressif ou insultant.
  • N'envoyez pas de message inutile.
  • Pas de messages répétitifs, ou de hors sujéts.
  • Attaques personnelles. Vous pouvez critiquer une idée, mais pas d'attaques personnelles SVP. Ceci inclut tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée, sexuel ou en violation avec la loi. Ces messages seront supprimés.
  • Pas de publicité. Ce forum n'est pas un espace publicitaire gratuit.
  • Pas de majuscules. Tout message inscrit entièrement en majuscule sera supprimé.

Commentez cet article

  Auteur

  Commentaire :

  
Banner 01

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email

Identifiez-vous

Don't have an account? Registration
OR